RPC CNGOF_2020_Présentation du siège | Gynerisq

RPC CNGOF_2020_Présentation du siège

Présentation des recommandations du CNGOF en cas de présentation du siège publiées en janvier 2020

Télécharger le document
Version 29 Jan 2020 - 121 Ko

Elles sont réparties en 7 rubriques : Epidémiologie, facteurs de risques et complications _ VME et techniques alternatives _ Bénéfices et risques pour l’enfant puis pour la mère, de la tentative d’accouchement par voie basse (TAVB) en comparaison à la césarienne programmée en cas de présentation du siège à terme _ Critères de sélection des femmes éligibles à une TAVB _ Information et organisation en cas de présentation du siège _ Accouchement. Une fiche d’information destinée aux patientes est disponible en fin de document.

Le résumé est le suivant :    

Objectif – Déterminer les modalités de prise en charge en cas de présentation du siège.

Matériel et méthodes – Consultation de la base de données MedLine, de la Cochrane Library et des recommandations des sociétés savantes françaises et étrangères.

Résultats – En France, 5 % des femmes accouchent d’un enfant en présentation du siège (NP3). Un tiers d’entre elles ont une tentative de voie basse (TVB) (NP3) et 70 % de ces dernières accouchent par voie basse (NP3). La tentative de version par manoeuvre externe (VME) est associée à une diminution du taux des présentations du siège à l’accouchement (NP2) et à une diminution du taux de césarienne (NP3) sans augmentation de la morbidité maternelle (NP3) et périnatale sévère (NP3). Il est recommandé d’informer les femmes ayant une présentation du siège de la possibilité de réaliser une tentative de version par manoeuvre externe (VME) à partir de 36 semaines d’aménorrhée (SA) (accord professionnel). En cas de présentation du siège à terme, la TVB pourrait être associée à une augmentation du risque composite de mortalité périnatale ou de survenue d’une morbidité néonatale sévère comparativement à la césarienne programmée (CP) (NP2). Il n’a pas été retrouvé de différence entre la TVB et la CP concernant le développement neurologique de l’enfant à 2 ans (NP2), le développement psychomoteur et cognitif entre 5 et 8 ans (NP3), et le niveau intellectuel à l’âge adulte (NP4). Les risques de complications maternelles sévères à court et à long terme semblent comparables après une TVB et une CP en l’absence de grossesse ultérieure. En cas de grossesse ultérieure, l’antécédent de césarienne expose la femme à des complications sévères (placenta accreta, rupture utérine notamment). Il est recommandé de proposer aux femmes qui souhaitent une TVB à terme une pelvimétrie (grade C) et de vérifier l’absence d’hyperextension de la tête foetale (accord professionnel) pour décider avec elles de leur voie d’accouchement. La présentation du siège complet, l’antécédent de césarienne, la nulliparité, la rupture des membranes à terme avant travail ne contre-indiquent pas la TVB (accord professionnel). La présentation du siège à terme n’est pas une contre-indication à un déclenchement du travail lorsque les critères d’acceptation de la voie basse sont réunis (grade C).

ConclusionEn cas de présentation du siège à terme, les risques de complications sévères pour l’enfant et la mère sont faibles en cas de TVB ou de CP. Pour le CNGOF, la TVB est une option raisonnable dans la majorité des cas (accord professionnel). Le choix de la voie d’accouchement doit être partagé par la patiente et le médecin, en respectant le droit à l’autonomie de la patiente (accord professionnel).

 

 

 

Nom du fichier : 2020_CNGOF_Presentation-du-siege.pdf