CNGOF_RPC_Prise en charge des cancers du sein en cours de grossesse | Gynerisq

CNGOF_RPC_Prise en charge des cancers du sein en cours de grossesse

Recommandations du CNGOF publiées en décembre 2008 sur la prise en charge des cancers du sein pendant la grossesse

Télécharger le document
Version 16 Déc 2008 - 291 Ko

L’association cancer du sein et grossesse, définie comme la découverte d’un cancer du sein pendant la grossesse et jusqu’à un an après l’accouchement, est une situation de plus en plus fréquente car les grossesses après 30 ans sont de plus en plus fréquentes. Une meilleure compréhension de l’oncogenèse mammaire permet expliquer l’effet épidémiologique double de la grossesse sur le risque de cancer du sein : tout d’abord une augmentation transitoire du risque après l’accouchement puis une diminution du risque à long terme après 15 ans. Diagnostiquer un cancer du sein durant une grossesse est un événement qui bouleverse aussi bien la patiente, sa famille que les médecins. Bien que les examens paracliniques mammaires ne soient pas contreindiqués, un retard diagnostique est souvent noté : le stade est souvent avancé lors du diagnostic avec dans environ 70 % des cas, un envahissement ganglionnaire. La prise en charge de cette situation clinique doit être la plus standardisée possible : la plus similaire à celle qui serait proposée en dehors d’une grossesse. En dehors de la radiothérapie mammaire, la plupart des traitements indiqués pour la prise en charge d’un cancer du sein localisé ne sont pas contre-indiqués. L’interruption de grossesse n’est pas justifiée par le cancer lui même, car celle-ci n’améliore pas le pronostic. La prise en charge aux 2e et 3e trimestres va suivre le plus possible les recommandations habituelles avec chirurgie sans procédure du ganglion sentinelle, chimiothérapie à base d’anthracycline (sans conséquences materno-fœtales majeures selon les données actuellement
disponibles. L’utilisation de taxanes et de thérapeutiques ciblées est encore limitée par l’absence de données et doit faire l’objet d’études futures). Au premier trimestre, la chimiothérapie est contre-indiquée, il y a alors un risque de retard thérapeutique en cas de conservation de la grossesse. Si un traitement chirurgical conservateur du sein est possible, il doit être réalisé d’emblée. La date de l’accouchement dépend de la date de découverte du cancer et se fait au-delà de 35 SA dans la majorité des cas. Elle est au mieux programmée de concert entre l’oncologue et l’obstétricien pour minimiser les risques fœtaux ou obstétricaux. La radiothérapie et l’hormonothérapie sont administrées après l’accouchement

Nom du fichier : 2008-CNGOF-cancer-du-sein-et-grossesse.pdf