CNGOF 2008_Prise en charge des Cancers invasifs du Col Utérin pendant la Grossesse | Gynerisq

CNGOF 2008_Prise en charge des Cancers invasifs du Col Utérin pendant la Grossesse

Publiées en décembre 2008, ces Recommandations élaborées par le CNGOF, la Société Française d'Oncologie Gynécologique et de la Société Française de Chirurgie Pelvienne, traitent de la prise en charge des cancers invasifs du col utérin pendant la grossesse

Télécharger le document
Version 16 Déc 2008 - 145 Ko

BUT : Le cancer du col utérin est une des pathologies malignes les plus fréquemment au cours de la grossesse mais sa prise en charge reste difficile et discutée. Un groupe de travail a été créé en 2007 en France afin de proposer des recommandations nationales de prise en charge des cancers invasifs diagnostiqués en per-gravidique. C’est ce travail, concernant les cancers du col utérin, qui est présenté.
MATERIEL ET METHODES : Ces recommandations sont basées sur l’analyse de la littérature réalisée par les membres du groupe de travail.
RESULTATS : La prise en charge des cancers du col utérin en per-gravidique dépend de 5 facteurs : du stade de la maladie (et de la taille tumorale), du statut ganglionnaire, du type histologique, du terme de la grossesse et des souhaits de la patiente pour continuer la grossesse. Chez les patientes ayant une tumeur de stade précoce (IB1) diagnostiquées au cours des 2 premiers trimestres il y a une place importante à la préservation de la grossesse en attendant la maturité fœtale (sous réserve de l’absence d’extension ganglionnaire). La voie d’accouchement recommandée (une fois que la maturité fœtale est atteinte) est la césarienne. Les différentes modalités de prise en charge seront détaillées en fonction des principaux facteurs pronostiques.
CONCLUSIONS : La prise en charge thérapeutique des cancers invasifs diagnostiqués au cours de la grossesse est complexe et nécessite une réflexion pluridisciplinaire intégrant gynécologues oncologues, oncologues médicaux, radiothérapeutes, obstétriciens, néatologistes, radiologues et pathologistes. Le choix du couple fait aussi parti des éléments décisionnels importants dans cette situation. Cette réflexion doit donc être réalisée au sein d’équipes habituées. Etant donné la relative rareté des cancers invasifs diagnostiqués au cours de la grossesse, les propositions de prise en charge thérapeutique dans cette situation devraient être structurées en « RCP spécialisées » dans quelques centres en France et les cas référencés dans une base de données nationale.

Nom du fichier : 2008-CNGOF-cancer-du-col-uterin-et-grossesse.pdf