SOGC_Le diabète pendant la grossesse | Gynerisq

SOGC_Le diabète pendant la grossesse

Recommandations de la Société canadienne de GO publiées en juillet 2016 sur la prise en charge de l'association diabète et grossesse

Télécharger le document
Version 01 Juil 2016 - 352 Ko
  1. Toutes les femmes enceintes devraient avoir un test de dépistage entre 24 et 28SA utilisant un test de charge en glucose normalisée de 50 g non à jeun accompagnée d’une mesure du taux de glycémie une heure plus tard. (III-B)
  • Si la valeur est < 7,8 mmol/L, aucune autre épreuve n’est nécessaire.
  • Si la valeur est > 11,1 mmol/L, le diabète gestationnel est diagnostiqué
  • Si la valeur se situe entre 7,8 et 11,0 mmol/L, une épreuve d’hyperglycémie provoquée par voie orale de 75 g avec mesure de la glycémie à jeun, 1 heure et 2 heures après doit être effectuée. Le diabète sucré gestationnel est diagnostiqué si l’on a une des valeurs suivantes :
    • Glycémie à jeun ≥ 5,3 mmol/L
    • Glycémie à 1 heure ≥ 10,6 mmol/L
    • Glycémie à 2 heures ≥ 9,0 mmol/L
  1. L’autre option du dépistage ‘’en une seule étape’’ proposée dans les recommandations de 2013 de l’Association canadienne du diabète est acceptable. Dans cette stratégie, les femmes enceintes font un test de dépistage entre la 24 et 28SA en utilisant le test d’hyperglycémie provoquée par voie orale normalisée de 75 g avec les critères diagnostic suivants :
  • Glycémie à jeun ≥ 5,1 mmol/L
  • Glycémie à 1 heure ≥ 10 mmol/L
  • Glycémie à 2 heures ≥ 8,5 mmol/L
  1. Si le risque de diabète gestationnel est élevé pour une patiente en s’appuyant sur plusieurs facteurs de risque, on doit alors proposer le dépistage durant la première moitié de la grossesse, test que l’on répéterait entre la 24 et 28SA si tout était normal au départ (II-2B)
  2. Des soins visant à atteindre et à maintenir par la suite une glycémie normale doivent être prodigués par une équipe multidisciplinaire (II-2B)
  3. En cas de diabète gestationnel, il est souhaitable d’évaluer l’effet du contrôle maternel de la glycémie sur la croissance fœtale et le volume de LA à compter de 28SA et de faire par la suite une évaluation périodique de la croissance fœtale toutes les 3 à 4 semaines. (II-2B)
  4. Il est recommandé d’amorcer une évaluation hebdomadaire du bien-être fœtal à 36SA. Cette surveillance peut être faite à l’aide du RCF, de l’index de LA, du profil biophysique ou d’une combinaison de ces méthodes. (III-A)
  5. En présence de facteurs de comorbidité, comme l’obésité, une contrôle imparfait de la glycémie, l’hypertrophie fœtale (> 90 %), un antécédent de mortinaissance, l’hypertension ou l’hypotrophie fœtale (< 10 %) imposent de débuter la surveillance plus tôt et/ou à plus grande fréquence. Dans les cas où l’on soupçonne un RCIU, l’ajout de l’évaluation de l’artère ombilicale et de l’artère cérébrale moyenne fœtale par doppler peut être utile. (II-2A)
  6. En cas de diabète prégestationnel, on peut proposer un déclenchement du travail entre 38 et 40SA (II-2B)
  7. L’administration de bétaméthasone se limite aux indications obstétriques systématiques liées au risque d’accouchement prématuré entre 24 et 36SA et, une étroite surveillance de la glycémie maternelle est recommandée. (I-A)
  8. Si cela n’a pas déjà été fait, le dépistage de diabète gestationnel devrait être effectué avant ou au moins 7 jours après l’administration de bétaméthasone. (III-B)
  9. Il faut proposer une épreuve d’hyperglycémie provoquée par voie orale de 75 g entre la 6e semaine et le 6e mois après l’accouchement pour détecter le prédiabète et le diabète(II-2A)
  • État normal : Glycémie à jeun < 6,1 mmol/L,  Glycémie à 2 heures < 7,8 mmol/L et Hémoglobine glyquée < 6,0 %
  • État prédiabétique : Glycémie à jeun entre 6,1 et 6,9 mmol/L, Glycémie à 2 heures entre 7,8 et 11,0 mmol/L ou Hémoglobine glyquée entre 6,0 % et 6,4 %
  • Diabète sucré de type 2 : Glycémie à jeun ≥ 7,0 mmol/L, Glycémie aléatoire à 2 heures ≥ 11,1 mmol/L ou Hémoglobine glyquée ≥ 6,5 %
  1. L’allaitement maternel est fortement recommandé (II-2A)
Nom du fichier : Amettre-2016_SOGC_directive-Diabete-et-grossesse.pdf