2015 SOGC_Guideline : The Management of Uterine Leiomyomas/Prise en charge des fibromes utérins | Gynerisq

2015 SOGC_Guideline : The Management of Uterine Leiomyomas/Prise en charge des fibromes utérins

Recommandations de la Société des gynécologues obstétriciens canadiens sur la prise en charge des fibromes utérins

Télécharger le document
Version 05 Fév 2015 - 2 Mo
  • Les femmes atteintes de fibromes asymptomatiques doivent être rassurées par le fait qu’il n’existe aucune preuve corroborant le risque de transformation maligne et que l’hystérectomie n’est pas indiquée.(III-D)
  • Le traitement des femmes atteintes de léiomyomes utérins doit être individualisé en fonction de la symptomatologie, de la taille et de l’emplacement des fibromes, de l’âge, des besoins et du désir de préserver la fertilité ou l’utérus, de la disponibilité du traitement et de l’expérience du thérapeute. (III-B)
  • Chez les femmes qui ne souhaitent pas préserver leur fertilité et/ou leur utérus et, après information sur les alternatives et les risques, l’hystérectomie par la technique la moins invasive possible peut être proposée comme traitement définitif des fibromes utérins symptomatiques et est associée à un niveau élevé de satisfaction. (II-2A)
  • La myomectomie hystéroscopique doit être considérée comme un traitement chirurgical conservateur de première intention pour la prise en charge des fibromes intracavitaires symptomatiques. (II-3A)
  • La planification chirurgicale de la myomectomie devrait être basée sur la cartographie de l’emplacement, de la taille et du nombre de fibromes à l’aide d’une imagerie appropriée. (III-A)
  • Lorsque la technique d’exérèse nécessite une morcellation, la patiente doit être informée des risques et des complications possibles, notamment du fait que, dans de rares cas, le ou les fibromes peuvent contenir un cancer inattendu et que la morcellation peut propager le cancer, ce qui peut aggraver leur pronostic. (III-B)
  • L’anémie doit être corrigée avant de procéder à une intervention chirurgicale non urgente. (II-2A) Les modulateurs sélectifs des récepteurs de la progestérone et les analogues de la gonadolibérine sont efficaces pour la correction de l’anémie et doivent être considérés en préopératoire chez les patients anémiques. (IA)
  • L’utilisation de la vasopressine, de la bupivacaïne et de l’épinéphrine, du misoprostol, du garrot péri-cervical ou de la matrice gélatine-thrombine réduit la perte de sang lors de la myomectomie et doit être envisagée.(IA)
  • Une occlusion de l’artère utérine par embolisation ou par des méthodes chirurgicales peut être proposée à certaines femmes présentant des fibromes utérins symptomatiques souhaitant préserver leur utérus. Les femmes qui choisissent l’embolisation pour le traitement des fibromes doivent être informées des risques potentiels, notamment de la possibilité que la fécondité et la grossesse soient affectées. (II-3A)
  • Chez les femmes présentant un saignement utérin aigu associé à des fibromes utérins, une gestion conservatrice avec des œstrogènes, des modulateurs sélectifs des récepteurs de la progestérone, des antifibrinolytiques, une tamponnade mécanique et/ou une intervention hystéroscopique peut être envisagée, mais une hystérectomie peut s’avérer nécessaire dans certains cas. Dans les centres disponibles, une intervention d’embolisation de l’artère utérine peut être envisagée. (III-B)
Nom du fichier : 2015_SOGC_Management-des-fibromes-uterins.pdf