I – Etape de prévention

Télécharger la Fiche

LES BARRIÈRES  

Préparation de l’opérateur :

La maitrise de cette technique nécessite une expérience en matière de chirurgie endoscopique, complétée d’une formation spécifique à la procédure. Il appartient à la profession de développer, en collaboration avec le laboratoire impliqué, cette formation de départ.
Il est ensuite de la responsabilité du praticien de savoir si son activité lui assure l’aisance nécessaire pour la réalisation de la procédure dans des conditions optimales. La courbe d’apprentissage semble nécessiter plus de 5 tentatives. Comme toujours, un relevé standardisé des incidents pourrait aider le professionnel à se situer.

 

 

 

Préparation de la patiente :

L’analyse des antécédents de la patiente est une étape importante en recherchant notamment des situations à risques : pathologie tubo-utérine, existence de douleurs pelviennes.

L’analyse de ces antécédents guidera :

  • La récupération de CROP précédents
  • L’indication d’une échographie pré-opératorie
  • La réalisation d’un test de perméabilité cervicale
  • Une expertise plus approfondie en cas de douleurs ‘’mal expliquées’’

La programmation des modalités de l’intervention est essentielle

  • Préparation par progestatifs lors du cycle précédent
  • Réalisation de la procédure en 1ere partie de cycle avec test de grossesse au moindre doute
  • Prémédication à définir avec les anesthésistes associant antalgiques, AINS et éventuellement benzosiozépine

La coopération de la patiente est un élément clé de la réussite, d’où l’importance de son information. Elle pour s’assurer de sa participation aux différentes étapes de la procédure : préparation, réalisation du geste, suivi obligatoire

Préparation du dossier :

Respect du délai de 4 mois de réflexion pour toute demande de stérilisation définitive et l’information sur les alternatives possibles.
Information donnée à la patiente comme cela est précisé plus haut avec notamment :

  • le risque d’échec de la technique et la discussion avec elle de l’attitude à adopter dans ce cas
  • le risque de douleurs chroniques qui peuvent conduire à une ré-intervention pour salpingectomie

Engagement de la patiente à faire le contrôle à 3 mois de la bonne position des implants et à maintenir jusque là une contraception.