Validée le 2 février 2013

Préambule

Le but des fiches « GYNERISQ » est de faire une mise au point pratique sur un sujet précis en termes de gestion des risques médicaux (GDRM) avec l’espoir d’en améliorer la prise en charge pour le bénéfice des patientes et des équipes soignantes. Ces risques médicaux sont volontiers doublés d’un risque médico-légal que l’on peut aussi espérer dans une certaine mesure prévenir.
Il ne s’agit donc pas de recommandations telles que peuvent les élabore les sociétés savantes à partir d’une étude exhaustive de la littérature, Il ne s’agit pas de redéfinir non plus les conduites à tenir et des protocoles déjà validés par la profession, Il s’agit plutôt d’utiliser un retour d’expérience à partir de base de données alimentés par les adhérents de GYNERISQ, dite «base REX». L’accent est mis sur les problèmes de prise en charge rencontrés en les comparant, lorsque cela est possible, à la prise en charge qui est, au moment de l’étude, officiellement et consensuelle ment souhaitable, Dès lors, nous essayons de dégager des causes à ces difficultés et de réfléchir à des mesures qui, si elles sont appliquées, pourraient éviter ses déviances. Dans le jargon de la GDRM ces mesures sont appelées «barrières». Nous les regroupons donc dans ces fiches que nous appelons GYNERISQ Attitudes pour bien les démarquer des recommandations professionnelles classiques.

Dans le cadre de la dystocie des épaules, 3ème sujet choisi, la méthodologie a été la suivante :

  1. Utilisation du retour d’expérience de la base REX de GYNERISQ – avec l’analyse des 109 déclarations concernant des dystocies des épaules déclarées entre 2009 et 2012
  2. Retour de 25 analyses d’expertise judiciaire fournies par le cabinet d’assurance BRANCHET depuis 2002
  3. Référentiel officiel sur la prise en charge du diabète au cours de la grossesse (CNGOF 2010)
  4. Validation par le groupe des «experts» Gynérisq

Ces fiches «GYNERISQ’ Attitudes» sont amenées à être adaptées en fonction bien sûr de l’évolution des techniques mais aussi en fonction des témoignages et commentaires des adhérents de GYNERISQ concernant notamment leur pertinence, fiabilité et efficacité.
Selon une présentation classique en GDRM, cette fiche énumère les barrières proposées aux trois étapes théoriques de l’évènement :

  • Avant l’évènement : c’est l’étape de prévention
  • Au moment du diagnostic de l’évènement : c’est l’étape de reconnaissance
  • Au moment de la gestion de ces conséquences : c’est l’étape de récupération